Le poète des Matelles

Voilà quelques jours déjà que les 12 enfants et les 3 animateurs ont posé leur valise dans une vieille bâtisse du petit village des Matelles, lorsque l’association Cinambule vient les rejoindre. Une semaine de vacances bien entamée mais qui n’a pas encore livré toutes ces surprises : le cinéma d’animation fait son entrée dans le clan des poètes des Matelles !

La première rencontre se fait à la nuit tombée, après le repas du soir et juste avant de dormir, autour d’une séance de court métrage animée : des petits films bien différents, pourtant tous réalisé selon le même procédé, image par image.

Le lendemain matin, c’est expérimentation et bidouillages ! Chacun s’approprie la technique de l’animation en créant de courtes séquences à partir d’éléments déjà fabriqués dans de précédents ateliers.

Le début d’après midi s’annonce un peu plus compliqué : l’écriture collective et la création d’éléments plastiques communs n’accrochent pas tout le monde ! Alors on s’adapte : certains reprennent les tournages initié le matin, d’autres utilisent de la pâte à modeler pour construire des petits êtres étranges inspiré d’un court métrage vu la veille … On rigole, on se chamaille, on crée des accidents de voitures et donne vie à des ninjas, on apprend la patience aussi, même si parfois ça demande beaucoup d’effort : bref, on fait du cinéma !

En soirée, le poète, fil conducteur de ce séjour, clamant chaque jours des vers à tue tête, habillé de sa fameuse salopette et de son drôle de chapeau, annonce le programme : Ombres Chinoises 3.0. Trois groupes sont constitués, chacun reçoit une enveloppe avec des personnages, un thème (une rencontre, un conflit ou une réconciliation) et une contrainte (muet, dans un zoo, dans le futur). Quelques minutes de préparation et les histoires commencent ! Bruitages et voix off sont faites au micro, pendant que les ombres se projettent sur le mur. De quoi faire de beaux rêves !

Pour le dernier jour, on commence par la fin. Placé sur le balcon, l’appareil photographie la cour où enfants et animateurs s’activent à écrire, petit à petit, avec des branchages et des feuillages, le mot fin ! Mais si on écrit déjà Fin, l’atelier va bientôt se terminer ? Pas de temps à perdre, les troupes sont remotivées et veulent poursuivre les histoires commencées la veille et en raconter des nouvelles … Une dernière journée parsemée de petites séquences de pixilation où chacun semble trouver son rôle et prendre plaisir à découvrir le cinéma d’animation dans ces multiples facettes (animation à plat ou en volume, avec des objets réels et des humains, l’enregistrement des sons et même le montage pour certains…).

Synopsis :

Un poète se balade au fil des pages et des chemins qui transforment les discordes en réconciliations.

cinambule

Au-delà de la diffusion du court métrage, Cinambule, organise tout au long de l’année des actions d’éducation à l’image et des projections en milieu scolaire, des ateliers de réalisation de films et des programmes avec des structures partenaires.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :